Quelle laïcité aujourd’hui ?

lundi 21 mars 2016
par  Michèle Janss
popularité : 1%

Parmi les combats d’idées qui font la une des médias, la question de la laïcité semble occuper une place de plus en plus centrale. Une mise au point s’impose.

La laïcité moderne plonge ses racines dans le siècle des lumières et la révolution française. Il s’agissait alors de combattre le pouvoir absolu de la royauté et de lutter contre l’emprise qu’avait le clergé sur quasi tous les niveaux d’organisation de la société.

L’espace politique deviendra idéalement le lieu où les conflits qui traversent la société seront posés, débattus et résolus rationnellement. La laïcité pose le principe de la capacité de l’homme à se gouverner par sa seule raison tout en laissant chaque individu, au sein de la société, libre de ses choix spirituels.

La laïcité comprise comme recours à la seule raison et à la discussion pour conduire la cité est une idée ancienne. On la trouve déjà chez Aristote quand il définit la politique comme recherche rationnelle du « bien commun ». Dans le monde musulman on a légitimement comparé le califat, à certains moments de son histoire, à une de « théocratie laïque » [1] en ce sens qu’il n’existe pas de clergé en Islam et que les plus hautes fonctions pouvaient être occupées par des non-musulmans. Les citoyens des autres confessions y étaient libres de pratiquer leur religion. Cette aspiration, loin d’être propre à l’ Occident, se retrouve chez de nombreux peuples.
Si la laïcité est la garantie de l’accès de tous à ce libre débat, qu’en est-il aujourd’hui ? En réalité l’idée de laïcité est devenue une sorte de coquille vide. La confiscation du débat n’est actuellement plus une menace qui vient du religieux mais bien de l’énorme pouvoir de l’argent privé. Au sein même des institutions européennes, une place est réservée pour un nouveau clergé : les lobbyistes et représentants des trans-nationales. Le militantisme laïc est aujourd’hui gangréné par l’idéologie « néo conservatrice », atlantiste et ultra libérale.
La politique, devenue un spectacle, prépare la société à la sortie du politique. Le spectacle n’est pas un débat : il fascine, il n’a aucun fond éducatif. On le commente et cela donne seulement l’illusion d’ une liberté de parole. Dans cette même logique, les problèmes "sociétaux" sont mis en scène mais masquent d’énormes problèmes d’inégalités sociales. En réalité, le libéralisme économique est devenu la nouvelle religion à laquelle les gouvernements, laïques ou pas, sont soumis.
Le combat pour la laïcité ne peut pas consister à lutter contre l’emprise du religieux alors qu’il devrait protéger les choix spirituels de chacun. Il est insuffisant à tracer les lignes d’ un programme de progrès. Il s’ accommode trop facilement des violences sociales, des inégalités et des guerres que l’ OTAN mène, entre autre, dans le monde arabo-musulman. Pire, avec l’aide de « nouveaux réactionnaires », la laïcité est devenue un instrument d’ oppression des classes populaires, en particulier musulmanes, dont l’histoire fait pourtant aussi partie de notre histoire européenne.
Ces populations ont combattu et versé leur sang durant la plupart des guerres occidentales du 20ème siècle pour finalement peu de reconnaissance. Elles ont participé à l’ essor industriel de ces 100 dernières années en tant que travailleurs immigrés et ont été soumises aux dures conditions du travail des mines, des chantiers et des usines. Ce qu’on leur demande aujourd’hui, c’est de se rendre « invisibles » au nom de la laïcité. On privilégie davantage l’ assimilation, qui tend à faire disparaitre toute particularité religieuse ou culturelle, que l’ intégration respectueuse de tous.
Dans les écoles, la laïcité « creuset de la formation à la citoyenneté » est remplacée par la laïcité « neutralité ». L’éducation au débat informé, à l’écoute respectueuse de points vue différents, apprendre aux élèves à penser par eux-mêmes, tout cela ne semble plus à l’ordre du jour. Les professeurs sont invités à rester « neutres » et les étudiants dociles.
Il est important de comprendre que toute société est composée d’individus ayant des points de vue différents et que c’est justement ce qui fait la richesse des débats d’idées. Chacun a le droit d’être reconnu, entendu et respecté. Ce sont la justice et l’égalité qui doivent aujourd’hui se retrouver au centre de nos préoccupations.


[1Louis Massignon "Passion d’al-Hallâj" ; Louis Gardet "La cité musulmane, vie sociale et politique "


Abonnements et adhésions

JPEG - 21.1 ko


Commandez le livre : “Qu’as-tu appris à l’école ?”

JPEG - 14.4 ko


Recevez nos infos

JPEG - 4.2 ko


Navigation

Articles de la rubrique

Brèves

2 décembre 2015 - Une querelle de réseau encore et toujours dommageable

Je suis sceptique, outrée... Parce que je viens de vivre personnellement une situation entre réseaux scolaires qui me laisse sans voix.
J’ai fait (...)

4 mai 2015 - « Pacte pour un enseignement d’excellence » : pour qui et au service de quel projet de société ?

MERCREDI 27 MAI 2015 – 20 heures Centre Culturel de Dison Le projet de « Pacte pour un enseignement d’excellence », lancé en janvier dernier par la (...)

13 février 2014 - Un "Kairos" spécial enseignement

Le journal "antiproductiviste" Kairos publie un numéro spécial "enseignement" qui fait une large place aux réflexions de l’Aped.
Avec des (...)

23 décembre 2013 - Penser l’émancipation

Vient de paraître cet ouvrage collectif, auquel ont participé des sympathisants de l’Aped :
Penser l’émancipation Offensives capitalistes et (...)

3 septembre 2013 - Suicide d’un professeur à Marseille

Un professeur d’électronique d’un lycée marseillais a mis fin à ses jours dimanche, "le métier tel qu’il est devenu" ne lui étant "plus acceptable en (...)

18 avril 2013 - L’école privée, ça ne marche pas. Dixit OCDE !

On entend fréquemment les partisans des politiques libérales soutenir que l’existence d’un secteur privé d’éducation serait un facteur qui stimulerait (...)

8 mars 2013 - Questions de Classes

Depuis le 1er mars, un nouveau site internet français, intitulé Questions de Classe(s), est ouvert.
Il se propose d’être une sorte d’agence de (...)

27 février 2013 - Inscriptions : toujours des pratiques douteuses

"Certaines écoles mettent en œuvre des stratégies de dissuasion à l’égard de candidats issus de classes sociales moins favorisées. C’est une (...)

30 octobre 2012 - Marx XXIème siècle

Philippe Corcuff, Marx XXIème siècle, Textuel, 2012, 191 pages.
Au XXIème siècle peut-on ignorer l’œuvre de Marx quand on milite ? La réponse négative (...)

25 octobre 2012 - De la culture générale

Normand Baillargeon, Liliane est au lycée. Est-il indispensable d’être cultivé ?, Flammarion, 2011, 117 pages.
L’importante question de la culture (...)